Archive pour 'Mes aliens'

Mister B2 et sa conscience

Récemment, on a travaillé sur le thème de la famille avec mes 2ndes câbleurs réseaux.

(Après presque 8 semaines passées ensemble, je suis en mesure de vous informer que c’est officiellement ma classe chouchoute 2011-2012)

Bref, eux, je les surkiffe, un truc de gueudin.

D’ailleurs, j’en ai même fait part à mes 2ndes EDF (qui eux, pour le coup, sont ma classe cacabeurk 2011-2012)

- Hé m’dame, faut faire quoi pour être vos chouchous nous aussi ?

- (moi, mentalement) :Mmmm, chais pas moi, peut-être vous faire euthanasier ?

Mes cableurs réseaux, eux, ils sont chou. Sauf un qui a envoyé chier une de mes collègues quand celle-ci lui a demandé dans le couloir s’il ne se foutait pas un peu de sa gueule par hasard, et que ce dernier ait répondu « Si, un peu. »

( Insolent, mais honnête.)

Mais dans l’ensemble, ça va, ils sont choupis tout plein.

Excepté Mister B2, mais ça, c’est pas nouveau. D’ailleurs, il a encore eu l’occasion de me hérisser les poils du nez alors que j’annonçais gaiement qu’on allait visionner un court extrait d’une vidéo pour illustrer toute notre séquence sur la famille.

- (mes chouchous): Ouaaaaaais !

- (moi):   Et voici un questionnaire à remplir à l’issue de la vidéo. Ainsi qu’une expression écrite car il faudra raconter la fin de l’histoire.

- (mes chouchous): Hoooooooo…

Je sors mon matos (un disque dur externe) et je n’ai pas le temps de le brancher que les élèves me chambrent gentiment:

- Ouh là là Madame, c’est pas bien de pirater des films !

- Effectivement, et d’ailleurs, si ça pose des cas de conscience à quiconque, on peut aussi ne pas visionner la vidéo et faire des activités grammaticlaes dans le livre ?

- (chouchous): Oh nooooon, et pis, c’est pas nous qu’on vous dénoncera M’dame.

- (Mister B2, au 1er rang): Euh, rassurez-moi, c’est une blague ?

- Oui, rassure-toi, on va bien la regarder la vidéo.

- (Mister B2): Nan, mais je veux dire, vous téléchargez bien légalement, hein ?

- Heu….non. Pourquoi ?

Pause: Déjà qu’on doit acheter nous mêmes nos punaises et nos patafix car à l’intendance, c’est restrictions budgétaires donc les affiches et les exposés de tes élèves, t’es bien gentille, mais tu te démerdes pour les accrocher avec tes fournitures. Qu’en plus, quand la photocopieuse est en panne (autant dire tous les jours), ben certains collègues se résignent à payer 60 euros pour pouvoir photocopier dans des copyrooms privés. Que je me suis résignée à acheter mon propre lecteur CD il y a 2 ans car on n’avait que 3 lecteurs pour 9 profs. Alors je ne vais pas aller payer encore par-dessus. Bien sûr, je pourrais utiliser le vidéoprojecteur qui est dans la classe, sauf que le lycée a bloqué l’accès à tellement de sites internet que de toute façon, à moins d’avoir ta vidéo sur clé USB, tu ne peux pas faire grand-chose autrement.

- (Mister B2): Mais vous n’avez pas le droit, vous le savez ?

- (Moi): (Oh hé, briseur d’ovaires, réjouis-toi que je brave les interdits au péril de ma liberté pour étancher ta soif d’apprendre, sale petit ingrat.) Oui, je sais, mais c’est quoi la différence entre enregistrer une vidéo sur un magnétoscope et enregistrer une vidéo sur internet ?

- (Casse-burnes, alias Mister B2, en panique, prêt à se lever de sa chaise): Mais vous n’avez pas le droit de diffuser ! C’est interdit par la loi !

- (mes chouchous): Oh vas-y, tais-toi !

(Oui, vas-y, ta gueule tais-toi!!!)

- (Moi): De toute façon, c’est une juste vidéo sur Youtube, y’a pas mort d’homme non plus.

- (Casse-burnes): Ah bah si c’est Youtube, ça va alors…

Purée, elle va être longue l’année avec lui….

(En attendant, je me marre sous mon fond de teint quand il est venu me voir à la fin du cours pour se plaindre des projectiles qu’il a reçus pendant le cours. Limite j’ai envie de découper ma gomme en petits morceaux et de devenir le fournisseur officiel des détracteurs de Mister B2…Pas de doute, ce sont définitivement mes chouchous ^^)

Et voilà l’objet de la discorde. Enjoy !

Image de prévisualisation YouTube

Ze honte – Episode 2

Y’a des fois, j’ai trop la flemme de faire à manger envie de faire plaisir à mes loulous en les emmenant à Quick.

Oui, mon ptit acarien, je suis pro Quick. C’est vachement plus bon qu’à MacDo.

Si si.

1/ Déjà, y’a plus de choix.

2/ Boissons à volonté et en self-service.

3/ Des hamburgers au chèvre. Et ça, ça n’a pas de prix.

4/ -20% au drive. Sans avoir besoin de trafiquer ma carte étudiante de 1998.

5/ Un milkshake aux fraises Tagada (tsouin-tsouin)

6/ Une aire de jeux bien foutue.

7/ Un serveur bien foutu.

8/ Des verres smiley à collectionner.

Bref, mon tit crapaud, tu l’auras bien compris: je kiffe grave sa race au Quick.

Sans compter que Quickos, il a une tite bouille bien sympa quickos.jpg

et surtout, il a l’air vachement moins pervers que Ronald quand même.

ronaldmcdonald.jpg

D’ailleurs, il me fait penser à Ca, Il est revenu. Le clown de Stephen King.

itpennywisebasement.jpg

Bref, tout ça pour dire que ce midi, j’ai emmené mes pitchounes chez Quick.

On regarde le menu, sans être trop près des caisses, mais suffisamment pour qu’une des caissières entende Doudou dire:

- Maman, la marron, elle était déjà là la dernière fois.

La marron, c’est la caissière qui a sorti un plateau pour préparer notre commande.

Et rouge, c’est la couleur que mes joues ont pris.

Quick, chez nous, c’est le goût la honte.

Ze honte

Chose promise, chose dûe, j’ai emmené mes loulous au coiffeur cet aprèm.

(Fichtre, je ne sais jamais si on dit « chez le coiffeur », ou « au coiffeur ». Ah si, je me rappelle maintenant du cours de grammaire de ma Best qui me reprend à chaque fois que je me trompe: « Ecoute Kinou, c’est pas bien compliqué : on dit on va chez le coiffeur et on va aux putes, et pas l’inverse. »)

J’ai emmené mes loulous chez le coiffeur donc. Afin de rectifier la pseudo-coupe de cheveux affligée par une dame qui a massacré la chevelure de mon ptit gars.

Pendant que Timalin se fait couper les tifs,  son frère Doudou, 7 ans moins une dent, fait le mariole afin de déconcentrer Timalin.

Manquerait plus qu’il tourne la tête et qu’il se fasse défigurer une seconde fois !

J’ai confiance, que je me dis en faisant la respiration du petit chien pour évacuer mon stress. Après tout, l’enseigne du salon de coiffure est « Karma », et avec un nom pareil, il ne peut être que bon mon Karma, isn’t it ?

Je bloque donc Doudou dans mes bras pour l’empêcher de trop bouger, et je le menace avec l’ultime arme redoutable (dont l’efficacité est prouvée avec des enfants de tous âges, même avec des ados à la frange façon Justin Bieber), un mot de 7 lettres : le CHANTAGE.

( Oui, je sais, y’a 8 lettres. It’s my blog, I do what I want. Non, mais…)

- Doudou, tu te calmes sinon pas de DS pendant 3 heures !

L’effet est instantané. Doudou me fait même un gros câlin en serrant ma taille 34 (Oui, je sais, y’a au moins 3 tailles au-dessus. It’s my blog, I do what I want…) et me dit qu’il m’aime très fort.

Puis, toujours enserré dans mes bras, il jette un rapide coup d’oeil à son frère qui devient de plus en plus beau à chaque coup de ciseaux, et pose ensuite son regard sur mes tongs. Je comprends qu’il soit attiré, c’est vrai qu’elles sont toutes mimis, mes tongs. Simples et mignonnettes à la fois.

Un peu comme moi, quoi.

D’une voix assez forte, au moment où il n’y a plus aucun bruit de sèche-cheveux, autant dire qu’il régnait un silence digne d’une épreuve de bac, Doudou s’écrie :

- Dis maman, pourquoi ton ongle de gros orteil, il est tout jaune ?

imagescade9zri.jpg

Bien sûr, comme je fais la sourde oreille en priant de tout coeur pour que la coiffeuse (qui regarde discrètement mon pied) n’ait pas entendu, Doudou reprend encore plus fort, en s’énervant:

- Maman ! Pourquoi ton ongle il est tout jaune et tout cassé ?! Mais pourquoi tu veux pas me répondreeeeuh ???!

128916149024605nickylarson1filtreeh035331l143984376fsmalla01341de4a6f81100093f56451e94a52.jpg

Perso, je crois que mon Karma, il pue.

(Des pieds)

To teach or not to teach ?

Aujourd’hui, mon p’tit têtard, je vais te raconter une anecdote rigolotte (poils à l’épiglotte).

Oui, je sais, je suis en vacances, et au lieu de me dorer la cellulite au soleil, je fais l’effort de travailler mes méninges pour te pondre un ptit article trop d’la balle qui j’espère te fera te pisser dessus de rire.

Trop sympa que je suis.

Donc voilà, ça se passe il  y a quelques années déjà, dans un bahut plutôt sympa, avec des élèves qui préfèrent avoir les mains dans le cambouis que le nez plongé dans un manuel d’anglais, et j’y bosse en tant que remplaçante car vois-tu, mon ptit calamar, fût un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Fût surtout un temps où j’étais SBF (Sans Bahut Fixe).

Et dans ce bahut, comme dans d’autres bahuts, on peut te demander d’enseigner une matière qui n’est pas la tienne (Etienne). Comme ici où l’on m’a demandé de faire un peu de français…C’te bonne blague ! Nan, parce que mes derniers cours de français, ils remontaient à l’époque où Google n’existait pas. (‘tain, j’viens de me prendre une claque de 20 ans en pleine tronche là…) J’irais pas jusqu’à dire que le chef était inconscient de me confier une classe de 2ndes pour du français, mais presque.

Heureusement que j’avais des frangines étudiantes (comme quoi, à part te faire un emprunt de fringues sur 30 ans, ça peut servir de temps en temps ces bestioles-là…) et j’ai donc pu leur piquer leurs cours (du moins, quand elles ne séchaient pas). Ca m’a bien dépanné je dois dire. Ca m’a bien mise en confiance. Bientôt, je pourrai aussi enseigner les maths, la géo, et pourquoi pas même un peu de grec, tiens.

Bref, en gros, trop confiante que j’étais deviendue.

Du coup, une fois, j’ai fait un excès de zèle.

 J’aurais pas dû.
 (lustucru)
 

Donc j’étais en cours, en 204 (la salle, hein, pas la voiture…)
 Et pis je leur demande s’ils connaissent une pièce écrite par Shakespeare.
(Oui, lecteur adoré, ok, je sais ce que tu vas me dire: c’est un cours de français, pas de la littérature anglaise.  Zut, je m’en bats les ovaires, de toute façon, avec leur mémoire en filet de pêche, ils ne se rappelleront plus du cours dès que la cloche aura retentit…)
Et ben tu sais ce que j’ai eu comme réponse ?
(Attention, c’est du lourd)

 -Moi je sais, moi je sais!!! Il a écrit Cyrano de Bergerac !!!!

 
Là, tu es moqueuse, tu te retiens (ou pas) pour lui dire: « Cyrano ? bah voyons… Et pourquoi pas les Misérables, hein, tant qu’on y est ? »

Trop en confiance que j’étais. Parce qu’un petit malin finit fatalement par te poser une question à laquelle tu n’avais pas préparé tes réponses à l’avance, question à laquelle tu sèches lamentablement.
Aïe.
 

” Wé, ben si c’est pas Shakespeare qui a écrit Cyrano, c’est qui qui l’a fait alors ?”

En voilà une question qu’elle est bonne. (Tellement bonne que t’aurais pu t’abstenir de la poser. P’tit con ! )

Dans ces cas-là, ce qu’il faut, c’est se tirer d’affaire en retournant la question à la classe, adoptant un air contrit, voire même blasé de leur ignaritude :

“Rassurez-moi, il y en a bien au moins un parmi vous qui connait l’auteur de Cyrano ? ” (le tout, avec une gestuelle outrée) (je devrais me distribuer des Oscars des fois !)
 Et là, comme par enchantement, une réponse à mes prières, une main…puis deux…puis, ô miracle, trois mains se lèvent, l’une d’entre elles appartenant à l’intello de la classe.

 Toujours faire confiance à l’intello.

“C’est Honoré de Balzac”

 (C’est marrant, j’aurais pourtant juré qu’il écrivait des romans, mais bon il a peut-être écrit des pièces aussi, après tout…)
Et là, je m’entends répondre :

“Ben oui, quand même !”
(toujours faire confiance à l’intello de la classe)

FATAL ERROR !
Parce qu’en rentrant, la première chose que j’ai faite (après avoir pris un carré de chocolat) c’est de regarder sur internet. Puis, je me suis écriée “Eh meeeeeerde !”

Pfff, si on ne peut plus faire confiance aux intellos de nos jours…Non mais c’est vrai, quoi, sans blague! Tiens, j’aurais dû lui foutre 4 heures de colle, pour la peine.

Remarque, depuis cet épisode, on ne m’a plus jamais demandé d’assurer des cours de français…

 

Welcome to Mytholand !

Roublard est un élève de 1ère.

Pas de bol pour lui cette année, son emploi du temps est tellement bien fait qu’il n’a que 3 heures de cours le vendredi, dont 2 d’anglais.

Heeeehaaaa !!!

Pas de bol pour lui, il habite assez loin et s’il veut pouvoir assister à ses heures de cours, il doit prendre le bus aux aurores, et poireauter le soir pendant de looooongues heures que même moi, dans cet intervalle, j’ai eu le temps de rentrer, faire faire leurs devoirs aux pitchounes, les disputer en faisant mes yeux tout ronds pour tenter de les impressionner, vider un paquet XXL de M&M’s, faire une heure d’aérobic pour éliminer ces mêmes fichus M&M’s, me vernir les ongles de pieds, faire à dîner.

Pfiou, rien que de l’écrire, je suis toute fatiguée !

Toujours pas de bol pour Roublard, il a une tronche qui n’est pas sans me rappeler ma Casio de quand j’étais en 4ème et que la prof de maths nous avait ordonné d’acheter une calculatrice scientifique, avec plein, tout plein de boutons. Trop de boutons même.

Roublard, cependant, a plus d’un bouton à sa tronche d’une corde à son arc. Aussi, j’ai dû le voir en tout et pour tout 5 ou 6 fois depuis le début de l’année. C’est pas faute d’avoir signalé ses absences pourtant, mais Roublard a des alibis en béton: dermato (tu m’étonnes !), malade (bon alors là, il a dût nous faire 5 gastros, 3 grippes aviaires, 7 angines, la tuberculose, l’hépatite A, B, C …et peut-être même l’hépatite Z) ainsi qu’une flémingite aigüe.

Bref, tu l’auras compris, le Roublard, le vendredi, il se barre (en plus, ça rime). Après avoir été en physiques, quand même.

Du coup, la semaine dernière, ça lui est un peu revenu aux oreilles que madame Kinou, elle était pas ravie-ravie après lui, que ça commençait à bien faire, hein, et que j’étais grave vénère ! Il décide donc de se pointer l’après-midi pendant ma pause en salle des profs, alors que j’étais en train de raconter une blague salace papoter avec une collègue.

D’une, il m’interrompt.

Deux, c’est ma pause, quoi, sans blague ! Est-ce que je vais le voir pour lui taper la causette moi pendant sa récré ??!

- Bonjour madame. C’était pour vous donner une lettre dans laquelle j’explique mes absences tout au long de l’année.

- Hé ben dis donc Roublard, j’avoue que ça me sidère un ptit peu ! Qui t’a incité à le faire ?

- Personne, c’est de ma propre initiative.

- Très bien, écoute, je vais lire ça de suite alors. Mais tu seras là demain quand même ?

- Je sais pas trop encore, mais vous comprendrez mieux en lisant ma lettre.

Il s’en va, et je déplie le papier qu’il m’a donné.

 mytholand1.gif

Ben voyons…Ca tombe bien, la prof à qui je racontais des blagues cochonnes avec laquelle je discutais est prof de sport de la même classe. Elle me confirme que Roublard n’a jamais été dispensé de sport de l’année.

Alors là, mon sang ne fait qu’un tour. Je suis encore plus vexée que la fois où j’avais commandé un best of Royal Bacon au Macdrive et qu’arrivée à la maison, je me suis rendue compte qu’ils avaient oublié mes frites.

Comme dirait ma fille : « Ca s’fait trop pas ! »

Illico, je vais aux ateliers voir le P.P (prof principal)

- Salut, excuse-moi de te déranger, mais Roublard, il se fout un peu de ma gueule là…Limite j’ai l’impression d’avoir un nez rouge au milieu de la tronche…

Le P.P lit la lettre, et me dit d’aller en parler à l’infirmière, histoire de jouer le jeu à fond. De son côté, il téléphone au père de Roublard, le soir même (un père très autoritaire et qui dit tjrs que les profs sont des glandeurs, des fainéants, toujours en grève ou en arrêt maladie…):

- Allô ?

- Oui, bonsoir, c’est monsieur P.P. Je vous appelle au sujet de votre fils. J’aurais voulu savoir si, par rapport à l’opération que Roublard a subi, il fallait prendre certaines précautions. Vous comprenez, il faut que j’avertisse mes collègues de ce qui lui est arrivé et les prévienne si l’on doit prendre certaines dispositions

- Hein ?

- Ben oui, j’ai été prévenu par sa prof d’anglais qu’il venait d’être opéré à coeur ouvert et…

- C’est quoi ce bordel ??! Il n’a jamais été opéré. Houlà, je vais voir ça avec lui ce soir !!!

Là-dessus, Roublard arrive le lendemain en cours, tout péteux, et me présente ses excuses.

- Ok Roublard. N’empêche que tes mensonges m’écoeurent. Tu sais, j’ai vraiment pris cette histoire très à coeur.

Il reste 2 semaines de cours avec Roublard, je sens que je vais m’en donner à coeur joie de le chambrer…

(mais il n’est pas le seul à se faire taquiner, j’ai retrouvé un nez de clown dans mon casier…J’ai tellement ri que j’en ai attrapé un haut-le-coeur…)

 

Amour, gloire et mocheté

 Dans la vie, quand t’es prof, t’es prof, mais pas que.

  T’es aussi experte en relations conjugales, comme une fois où j’enseignais dans un établissement dit « adapté » et  qu’à peine venais-je d’arriver au bahut pour me diriger en salle des profs et faire des photocopies avant que ne retentisse la cloche, que je me fais héler par une de mes élèves :

 

    Hé M’dame ! (je me retourne, c’est MissGlue qui accoure vers moi) Vous savez quoi ? Hé ben Tanguy, il vient de me plaquer !

    (moi, fan de Closer Magazine): Oh bah mince alors ! Tu parles d’une nouvelle !

    (elle, contente d’avoir trouvé une âme compatissante): Siii! Même qu’il m’a larguée par MSN !

    (moi, qui adore ce genre de détails): Comment ça se fait trop pas ! Je vais lui en toucher deux mots tout à l’heure.

    (elle, espérant que je foute 5 heures de colle à Tanguy pour le préjudice subi): En plus, ça allait faire 4 mois demain…

    (moi, gentille, mais y’a pas écrit “La Poste” non plus): Ah bah ça alors ! Qui l’eût crû…(ils ont autant de compatibilité amoureuse qu’un cobaye avec un pitbull !)

    (elle, optimiste): Ah, mais vous en faites pas, M’dame, vous savez ce qu’on dit: 1 de perdu, 10 de retrouvés !

  (moi, mentalement): L’espoir fait vivre….

 

 

Quand t’es prof, t’es également leur confidente, comme cet après-midi en cours avec ma classe de 4èmes dérangés:

 

    Hé M’sieur…euh, j’veux dire M’dame. Vous savez depuis quand que j’l'ai ma trousse ? Depuis la 6ème !

    Hé bien Tanguy, je constate que tu conserves plus longtemps tes trousses que tes petites copines…

 

Bah oui, quand t’es prof, t’as aussi l’âme d’une jokeuse… (avec des blagues comprises que de toi-même)

 

Remarque, quand t’es prof, tu peux être drôle, sauf que c’était pas intentionnel.

- Whose gloves are these ?

- Hein ? Qu’est-ce que c’est que vous avez dit, M’dame ?

 

 Et là, ta langue fourche malgré toi, faisant un malheureux mixte français-anglais entre le mot « gloves » et sa traduction en français « gants », ce qui donne:

- Ca veut dire : » A qui sont ces glands ? »

Quand t’es prof, tu vis souvent de grands moments de solitude…

 

 

 

Mon fils est amoureux

Mon fils Doudou, vient de souffler ses 7 bougies. L’occasion pour moi de voir qu’il grandit, mais qu’il ne sait toujours pas s’habiller tout seul. Et qu’il ressent ses 1ers émois.

Oui, mon fils est amoureux.

La demoiselle s’appelle Chanèze. (Chéri trouvait que ça faisait prénom d’actrice porno.) « Chacha », comme mon fils l’appelle, est donc invitée à la fête d’anniversaire que j’oragnise à la maison. Histoire de voir à quoi ressemble celle qui a dérobé le coeur de mon fils.

D’abord, force est de constater que mon fils a bon goût, la petite est mignonne comme tout. Par contre, elle a du caractère. Et des admirateurs. Beaucoup d’admirateurs. Tous les copains de Doudou tournent autour de Chacha comme si elle était un carambar géant.

La miss hésite encore entre mon fils et un dénommé Victor. Rien que pour le prénom, mon fils a un point d’avance. Et puis, en plus, Victor, il met des chaussettes avec ses sandales…

Doudou: 2 – Victor: 0

Pendant que je distribue des Chupa Chups, j’en profite pour encourager mon fils à complimenter Chacha, s’il veut pouvoir faire pencher la balance en sa faveur.

D’une démarche mal assurée, il s’approche doucement de Chacha et de sa horde de prétendants. Il reste à ses côtés 10 longues secondes, frôlant son épaule, à quelques centimètres de son visage, avant de lui chuchoter timidement dans l’oreille :

- Mmmm, elle sent bon ta sucette !

Mais qu’est-ce qu’elle leur apprend la maitresse en CP ho ? Elle ferait mieux de leur enseigner comment faire des proses auprès de jolies donzelles plutôt que de leur apprendre les compléments à 10, quoi sans blague !

Bref, l’heure tourne, et avant qu’ils ne transforment ma maison en catastrophe nucléaire, je décide de les emmener au parc.

Evidemment, sur le trajet, tous se battent pour donner la main à Chacha, qui elle est déjà occupée à décider à quel jeu on va jouer:

- Alors, moi, on dirait que je m’appellerai Sam et que je serai une princesse. Qui voudra être mon prince ?

-Moi!

-Moi!

- Moi, je serai un pompier.

- Moi, je serai ton roi (bien joué Victor) (Victor: 1 / Doudou: 2)

 Et là, Doudou demande, tout penaud:

- Ben je croyais que j’étais ton amoureux ?

(j’te raconte même pas comment à cet instant précis, mon tit coeur de maman s’est fendu comme le vase de mon ex-belle-mère que j’ai jeté accidentellement renversé  (le vase, hein, pas mon ex-belle-mère))

- Oui, mais là c’est pour de faux dans le jeu. Dans la vie, c’est toi mon amoureux. Toi et Victor.

(la *biiiiiiiiiiiip* !!!)

Puis, ils prennent le tobbogan en guise de château et doivent délivrer la pétasse princesse retenue en otage par un dragon.

Les garçons, ils trouvent que ça va 5 minutes d’être les bouffons de la princesse et que ce serait mieux de courir sur la butte et de la redescendre en se laissant rouler sur l’herbe.

Tous sauf mon Doudou qui en profite pour s’approcher de sa toute belle, qui a du mal à monter le mur d’escalade menant au tobbogan.

- Tu veux que je t’aide à grimper ? lui demande t-il d’une petite voix.

- Si tu veux, qu’elle lui répond.

Et là, il marque non pas un, ni deux, ni trois points. C’est carrément la lune qu’il décroche, ou du moins, qu’il effleure en lui collant sa main aux fesses de Sam-la-Princesse-Pimbêche, tout en poussant un « ho-hisse » car elle a (quand même) l’air de peser son poids, la demoiselle.

Tu crois qu’elle l’aurait remercier ?

Non, à peine montée qu’elle redescend par une rampe semblable à celle des pompiers.

(« Ou semblable à celle du Lido », comme ferait remarquer à juste titre Chéri. Note pour moi-même: ne pas oublier ce soir de passer un interrogatoire à Chéri sur tu-m’as-l’air-d’en-connaitre-un-rayon-entre-le-Lido-et-les-prénoms-d’actrices X)

Chacha se donne en spectacle, sous le regard admiratif de mon fils qui doit penser que c’est décidément trop cool de faire le cochon pendu quand on porte une jupe en jean.

Doudou a reçu beaucoup de cadeaux ce jour-là, mais le plus beau de tous, c’est quand ils sont rentrés du parc main dans la main, sa Chacha et lui.

 Ca, et les toupies Beyblade.

Faut pas déconner nan plus, ho.

Ma fille, ce chameau

Dans le journal intime de ma fille, tu apprends plus de trucs que dans Voici, Public, ou Closer réunis.

(Oui, oui, je sais, c’est mal de fouiller lire et de t’immiscer dans l’intimité de ta fille…blablabla…elle t’en voudra toute sa vie…blablabla…tu es une mère indigne….blablabla….tu mériterais d’être flagellée avec des poils de cul….blablabla…)

  • Primo, je ne fouille pas, je m’instruis.
  • Deuxio, je ne fais que lui témoigner de l’intérêt pour ses écrits. Peut-être que si feu Madame Hugo mère avait montré davantage d’intérêt pour les écrits de son fils, il aurait peut-être pondu autre chose que « Les Misérables » et eu une reconnaissance encore plus mondialement connue, une popularité à l’instar de Britney Spears par exemple…
  • Troisio, je vérifie ses fautes d’orthographe.
  • Quattro (de Wilkinson), c’est tendu en ce moment entre elle et moi, entre elle et son père, entre elle et ses copines…Elle va mal, elle s’ouvre peu, c’est si facile et tentant de lire ce qui la tracasse.
  • Cinquo, j’apprends des choses sur moi dont je ne soupçonnais même pas l’existence.

Si, si, véridique.

En plus, c’est pas bien méchant, ça ne fait que 2 jours qu’elle l’a commencé son journal. Y’a pas mort d’homme non plus. D’autant que ce cahier, c’est moi qui le lui ai fourni quand elle est descendue avant-hier:

- M’man, pfffff…(oui, ma fille aime soupirer. D’ailleurs, elle doit avoir des poumons ultra-développés vu la quantité d’air qu’elle est capable de rejeter en une seule expiration) T’aurais pas un cahier  pour moi ?

- Heu si, là, mon cahier de texte pour le travail ( tu sais, le cahier avec une reliure en carton épais qu’on te refourgue à la rentrée pour noter à la fin de chaque heure ce que t’as fait dans ton cours) Prends-le, il ne me sert pas. Ah euh…non… En fait, je ne peux pas te le donner…

- Pourquoi ?

- Non, non, rien…

J’allais tout de même pas lui dire qu’avec Chéri, on s’est amusé un soir à faire de savants calculs sur notre compatibilité amoureuse d’après les lettres de nos prénoms. Et encore moins que sur la page suivante, on a calculé, selon la même méthode, notre compatibilité sexuelle. (D’ailleurs, faudra que je dise à Chéri ce soir quand il rentrera qu’on a dû se planter quelque part dans le calcul…)

Du coup, je lui file un autre cahier, qu’elle prend dédaigneusement, avant de monter dans sa chambre. (J’attends toujours son merci….)

Cahier que je m’empresse d’ouvrir le lendemain pendant qu’elle est à l’école (après tout, j’en suis actionnaire à 50%)

1ère page: « journal intime n°3. Interdit de mettre vos nez dedans ! » (pfff, alors là, même pô peur d’abord !)

Page n°2: « Ma mère est une grosse gourde ! Je lui demande un cahier, et elle me refile un qui est DEJA rempli ! Elle me dit « Non, non, je peux pas te donner celui-là », alors je suis retournée discrètement voir ce qu’il y avait dedans. C’était ça : (là, je vois avec horreur qu’elle a déchiré les pages avec nos scores et qu’elle les a collés dans son cahier).  »

Page n°3: « Bucky (alias mon Chéri avec qui j’ai refait ma vie) est parti loin pour son travail. Il nous a ramenés des cadeaux et des sucettes » (elle colle un emballage de chuppa chups)

Page n°4: « maman, elle ne s’occupe jamais de moi. Elle a passé toutes ses soirées à téléphoner à Bucky quand il était à l’étranger (en même temps ma cocotte, à 22h, t’étais supposée dormir !) J’aime bien quand ils se disputent, ça me fait plaisir. Mes cochons d’Inde me manquent. »

Page n°5: « Ma mère est infernale, je ne la supporte plus !!! C’est pas des culottes petit bateau qu’elle porte, mais des culottes grands paquebots ! Il est 13h30 et je crève la dalle, et les deux autres, ils sont en train de parler dans la cuisine ! Bucky, c’est comme un boomerang, plus tu le lances loin, plus il revient. Et mes frères, ils sont tellement petits, qu’il se marieront avec des nains de jardin plus tard. »

Page n°6:  » Objectif abdos: une série de 150. Réussi ? Oui. Tablette ? Pas encore« .

 Bon, réfléchissons.

Déjà, il n’y a pas une faute d’orthographe. Ensuite, …

Bah non, pas d’ensuite. Je me suis effondrée quand j’ai lu ça. Et elle s’est effondrée quand elle s’est rendue compte de mon intrusion. On s’est expliquées, on s’est fait des reproches, on s’est mouchées mutuellement dans nos cheveux, on s’est pardonnées.

Je ne sais pas combien de temps cette trêve va durer, mais une chose est sûre, l’adolescence, c’est pas tchoupi tous les jours; une maman intrusive, c’est pas cool non plus, et enfin, je n’ai pas de culotte paquebot dans ma commode ! Clin doeil

 

Ma fille, ce chameau dans Je suis une biatch action-onRendez-vous sur Hellocoton !

Mes monstres

Mes monstres dans Mes aliens 68658_PA7L28HIF8OCP33OBR6EPCED7T3RBM_morpion_H103239_LMorpion_Mob dans Mes aliens

Je suis l’heureuse maman de 3 mini-terreurs sur pattes:

  • Pépette: 11 ans et 2 mois.  Signe particulier: porte un appareil dentaire qui la fait zozotter. Très beau brin de fille (héritage de sa mère), ainsi qu’un p*tain de caractère (héritage de son père), championne de GRS en devenir. Travaille bien à l’école, aime les activités manuelles et Beyoncé. Alterne moment d’intense émotion et crise existentielle, et trouve que la vie, c’est trop injuste et qu’il n’y en a que pour ses petits frères. Bonne crise pré-adolescente en perspective.
  • Doudou: Bientôt 7 ans. Gentil tout plein mais taquin. Tendance à se laisser bouffer par sa grande soeur et se faire mener par le bout du nez par son petit frère. Belle propension aux mensonges, notamment pour le brossage des dents. Se demande si le Père Noël existe vraiment après que son copain Matthieu ait parlé avec la petite Agathe du CP qui lui a dit que c’était les parents (la garce). Pokémon préféré: Dragonfeu.
  • Timalin: 5 ans. Futé comme un renard. Bon potentiel à l’école mais dissimulé derrière un poil dans la main (le potentiel, hein, pas l’école !) A 2 ans, s’est fait remarquer à Carrefour en faisant pipi dans le bac à crabes. A 3 ans, a fait faire l’avion à un bébé cochon d’Inde qui a moyennement apprécié le tour de manège. A 4 ans, a rendu sa liberté au poisson rouge de son frère via la cuvette des toilettes. A récidivé avec chaque nouveau poisson. (Fuck Némo !) A 5 ans, me demande pourquoi j’ai plus de lait dans mes nénés. « C’est parce que tes collègues, ils ont tout bu ? »

Et quand je ne suis pas accaparée par mes minis-terreurs, ce sont d’autres plus grandes terreurs qui s’en chargent. Mais là, ce sont vraiment d’affreux jojos. Le genre de bidulle allergisant qui te fout des boutons d’acnée tout partout (même sur tes poils de bras). Limite il faudrait un pictogramme 269px-Moins10.svg pour bien te mettre en garde, tu vois. Et limite il te faudrait une blouse antiradiations quand tu te trouves confrontée face à ce T.E.N.I (Truc Etrange Non Identifié).

Des élèves, que ça s’appelle…

action-onRendez-vous sur Hellocoton !

Parisvenise |
The NewPaf |
L'Ouvre Boîte, troupe de Ca... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dim parle du monde
| blagues1
| isafen-n- tudert