Archive pour août, 2011

Le jour où j’ai dit Oui

27 août 2011.

Maquillage, c’est fait.

Coiffure, c’est fait.

Robe et petit bijou de peau, c’est fait aussi. dsc2340.jpg

(Il faut juste que je reste en apné toute la journée si je ne veux pas que les coutures partent en vrille. Voilà ce qui arrive quand on achète sa robe 9 mois à l’avance et que ma prise de poids est sponsorisée par Nutella )

Reste plus qu’à dire « Oui »…

Moi qui n’aime pas être au centre de l’attention (à part pour me la péter sur mon estrade devant mon tableau blanc), aujourdhui je ne vais pas pouvoir y couper.

C’est impressionnant d’arriver devant la mairie et que tous les invités ont les yeux rivés sur ma robe et moi. Pendant une fraction de secondes, je sais ce que ressent Bono lors de son concert au stade de France rempli de fans en transe.

Bon, mes fans à moi, ils ne sont pas en transe. Ils ne se crêpent même pas le chignon pour être le premier à poser auprès de moi.  Pfff, les invités de nos jours, j’vous jure…

Allez hop, c’est parti pour un tour de bises, je suis sur mon petit nuage, je ne veux pas que cette journée s’arrête.

Puis vient le maire qui nous indique qu’il est temps de passer aux choses sérieuses. Je lui chuchotte que ma Best, une de mes témoins, est bloquée sur le périph’ et qu’elle risque d’arriver en retard…

Le maire salue l’assemblée d’un bonjour. Ma fille, que j’ai élevée dans la politesse absolue, lui retourne d’une voix forte et enjouée son bonjour, ce qui ne manque pas de faire rire tout le monde. S’ensuit le speech du maire avec un nouvel article obligatoire  sur les crédits. Ca me rappelle mes cours de sciences physiques au collège/lycée où j’avais beau me concentrer, je ne comprenais pas un traitre mot du baratin du prof. Dommage que j’ai pas emmené la DS de Doudou, tiens. Je me serai bien fait un ptit Tétris en attendant qu’il ait fini son discours.

Du coup, je regarde mes ongles. Ma French est trop belle. J’aimerais bien me retourner vers les gens et leur montrer mes ongles tout beaux. Chéri me fait des sourires de temps en temps. J’ai mis un sticker « oui » sur l’annulaire gauche, pour être sûre qu’il ne se trompe pas de doigt.

C’est le moment de signer, je vais pouvoir apposer ma nouvelle signature (des mois d’entraînement tout de même!) Chéri m’embrasse, notre premier baiser en tant qu’époux… Mmmmmmmm…. Les gens se lèvent pour quitter la salle quand arrive ma Best, sous les applaudissements de l’assemblée.

Comment elle me vole trop la vedette !!!

Le maire lui fait signer l’acte, cette fois, on peut y aller. Direction l’église.

chaiseeglise.jpg

 Agnès, notre chanteuse (dont on aperçoit un délicat mollet sur la photo), entonne Allelujah de Jeff Buckley. Mon frère me conduit à l’autel, « Arrête de trembler ! »que je l’engueule silencieusement, tout en souriant aux gens. La cérémonie se poursuit solennellement, avec beaucoup d’émotion ( émotion quintuplée quand je m’aperçois que 2 fautes d’orthographe se sont glissées dans nos livrets de messe…(D’ailleurs, sachant à quel point c’est galère de créer un livret de messe, notre maquette -fautes d’orthographe incluses- est dispo en MP  emoticone))

Nous remercions le prêtre à l’issue de la messe quand Omar Doudou m’a tuer. So cute dans son mini costume de marié, il se dirige vers le prêtre:

- Monsieur le prêtre, est-ce que Dieu, il existe ?

Cette magnifique journée se sera achevée sur une réception à la hauteur de mes attentes. Animations, repas, ambiance, musique, tout a été parfait. L’histoire ne retiendra pas que la Best aura cherché sa route pendant 2 heures pour nous rejoindre au Vin d’Honneur…

table.jpg

Notre urne-paillote confectionnée par nos ptites mains :

urne.jpg

 

On m’avait dit que cette journée passerait à vitesse grand V.

Par contre, c’est quand tout retombe que ça devient plus dur. C’est un peu comme quand tu viens d’accoucher. Tu es à la fois heureuse et tu ne peux t’empêcher de braire sans raison. Le baby wedding blues, en quelque sorte.

Une journée qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

 

 

Ze honte – Episode 2

Y’a des fois, j’ai trop la flemme de faire à manger envie de faire plaisir à mes loulous en les emmenant à Quick.

Oui, mon ptit acarien, je suis pro Quick. C’est vachement plus bon qu’à MacDo.

Si si.

1/ Déjà, y’a plus de choix.

2/ Boissons à volonté et en self-service.

3/ Des hamburgers au chèvre. Et ça, ça n’a pas de prix.

4/ -20% au drive. Sans avoir besoin de trafiquer ma carte étudiante de 1998.

5/ Un milkshake aux fraises Tagada (tsouin-tsouin)

6/ Une aire de jeux bien foutue.

7/ Un serveur bien foutu.

8/ Des verres smiley à collectionner.

Bref, mon tit crapaud, tu l’auras bien compris: je kiffe grave sa race au Quick.

Sans compter que Quickos, il a une tite bouille bien sympa quickos.jpg

et surtout, il a l’air vachement moins pervers que Ronald quand même.

ronaldmcdonald.jpg

D’ailleurs, il me fait penser à Ca, Il est revenu. Le clown de Stephen King.

itpennywisebasement.jpg

Bref, tout ça pour dire que ce midi, j’ai emmené mes pitchounes chez Quick.

On regarde le menu, sans être trop près des caisses, mais suffisamment pour qu’une des caissières entende Doudou dire:

- Maman, la marron, elle était déjà là la dernière fois.

La marron, c’est la caissière qui a sorti un plateau pour préparer notre commande.

Et rouge, c’est la couleur que mes joues ont pris.

Quick, chez nous, c’est le goût la honte.

Ze honte

Chose promise, chose dûe, j’ai emmené mes loulous au coiffeur cet aprèm.

(Fichtre, je ne sais jamais si on dit « chez le coiffeur », ou « au coiffeur ». Ah si, je me rappelle maintenant du cours de grammaire de ma Best qui me reprend à chaque fois que je me trompe: « Ecoute Kinou, c’est pas bien compliqué : on dit on va chez le coiffeur et on va aux putes, et pas l’inverse. »)

J’ai emmené mes loulous chez le coiffeur donc. Afin de rectifier la pseudo-coupe de cheveux affligée par une dame qui a massacré la chevelure de mon ptit gars.

Pendant que Timalin se fait couper les tifs,  son frère Doudou, 7 ans moins une dent, fait le mariole afin de déconcentrer Timalin.

Manquerait plus qu’il tourne la tête et qu’il se fasse défigurer une seconde fois !

J’ai confiance, que je me dis en faisant la respiration du petit chien pour évacuer mon stress. Après tout, l’enseigne du salon de coiffure est « Karma », et avec un nom pareil, il ne peut être que bon mon Karma, isn’t it ?

Je bloque donc Doudou dans mes bras pour l’empêcher de trop bouger, et je le menace avec l’ultime arme redoutable (dont l’efficacité est prouvée avec des enfants de tous âges, même avec des ados à la frange façon Justin Bieber), un mot de 7 lettres : le CHANTAGE.

( Oui, je sais, y’a 8 lettres. It’s my blog, I do what I want. Non, mais…)

- Doudou, tu te calmes sinon pas de DS pendant 3 heures !

L’effet est instantané. Doudou me fait même un gros câlin en serrant ma taille 34 (Oui, je sais, y’a au moins 3 tailles au-dessus. It’s my blog, I do what I want…) et me dit qu’il m’aime très fort.

Puis, toujours enserré dans mes bras, il jette un rapide coup d’oeil à son frère qui devient de plus en plus beau à chaque coup de ciseaux, et pose ensuite son regard sur mes tongs. Je comprends qu’il soit attiré, c’est vrai qu’elles sont toutes mimis, mes tongs. Simples et mignonnettes à la fois.

Un peu comme moi, quoi.

D’une voix assez forte, au moment où il n’y a plus aucun bruit de sèche-cheveux, autant dire qu’il régnait un silence digne d’une épreuve de bac, Doudou s’écrie :

- Dis maman, pourquoi ton ongle de gros orteil, il est tout jaune ?

imagescade9zri.jpg

Bien sûr, comme je fais la sourde oreille en priant de tout coeur pour que la coiffeuse (qui regarde discrètement mon pied) n’ait pas entendu, Doudou reprend encore plus fort, en s’énervant:

- Maman ! Pourquoi ton ongle il est tout jaune et tout cassé ?! Mais pourquoi tu veux pas me répondreeeeuh ???!

128916149024605nickylarson1filtreeh035331l143984376fsmalla01341de4a6f81100093f56451e94a52.jpg

Perso, je crois que mon Karma, il pue.

(Des pieds)

Aaaaaaaaaargh !!!

Je m’étais promise juré craché que jamais ô grand jamais je ne le ferai.

J’avais même mis un point d’honneur à ne pas céder à la tentation, quoi qu’il m’en coûte.

Que je serai forte, digne, et vaillante, dans la richesse comme dans la pauvreté (oups, désolée, ça, c’est mon texte pour la semaine prochaine)

Tant pis, au diable cette résolution; aujourd’hui, j’ai décidé de craquer.

Aujourd’hui, je vais dire du mal de l’Ex.

(Ouh là là, j’en frétille d’avance, telle une truite -et pas une truie, hein- hors de l’eau. J’en connais un qui va avoir ses oreilles qui sifflent aujourd’hui, d’ailleurs, ce sera pire qu’un sifflement, ça va carrément être du vuvuzela !)

7285499vuvuzelanoise3drenderedillustration.jpg

Rien que de penser à toutes les méchancetés que je vais balancer, j’en frôlerai presque l’orgasme (chose qu’il ne m’aura jamais fait connaitre en 12 ans de vie commune) (ah oui, hein, mon ptit lémurien, je t’avais prévenu que ça taclerait sévère : aujourd’hui, je suis en mode biatch-langue-de-pu*e-niveau-blagues-ta-mère)

(Tiens, en parlant de blague ta mère, celle-ci est trop drôle : « Ta mère est tellement stupide qu’elle croit que Nymphomane, c’est un super-héros « )

Bon, qu’est-ce qui a pu déclencher un tel courroux en moi, moi qui suis habituellement si douce et raffinée ?

( Tiens, en parlant de raffinement, celle-là n’est pas mal non plus: « Ta mère est tellement conne qu’elle croit qu’un cunilingus, c’est un nuage »)

C’est simple: j’ai récupéré les enfants hier, après qu’ils aient passé 2 semaines de vacances avec leur (nigaud de) père.

Celui-là même qui me critique invariablement dès lors que j’emmène Doudou chez le coiffeur et qu’il trouve que la madame, elle y va un peu fort sur la tondeuse. C’est tout juste s’il ne prend pas un double décimètre pour mesurer la perte capillaire estimée.

Celui-là même qui demande à Pépette, notre ainée, si maman elle est bien allée chez une coiffeuse ou si elle a tondu les cheveux de Doudou toute seule.

Et que Pépette confirme invariablement que oui papa, c’est bien la coiffeuse qui a coupé les cheveux à Doudou, parce que maman ne veut plus revivre la honte de la dernière fois où elle avait cru que ce serait hyper trop facile d’imiter Edward aux mains d’argent et qu’au final, elle a dû vivre avec le poids sur la conscience (et le regard des autres mamans à la sortie des classes) qu’elle avait défiguré son fils, capillairement parlant. Et re-la honte quand il avait fallu l’emmener chez la coiffeuse pour qu’elle rectifie le tir. Et subir cette fois le regard des clientes qui mentalement pensaient quelle mère ingrate pouvait bien faire ça à son marmot.

Plus jamais ça, comme diraient les survivants d’Hiroshima.

Hélas… L’histoire en a décidé autrement.

Ou plutôt, son couillon bêta de père en a décidé autrement.

(Petite réflexion au moment où j’écris : D’ailleurs, pourquoi n’existe t-il que des blagues « Ta mère »? Et pourquoi pas des blagues » Ton père « ??! Ca ferait autant rire, tiens par exemple : « Ta mère ton père, il est tellement con que sur un formulaire où il y avait écrit ‘Ne rien écrire sous cette ligne’, il a écrit ‘D’accord‘. « )

Bref, revenons à notre buse.

(Petite réflexion-bis : pourquoi « buse » est-il un nom féminin ??? Diantre, vivrions-nous (conditionnel présent) dans un monde machiste ?)

Revenons à notre corniaud, donc.

Il a été demander à une amie de couper les cheveux de Timalin, notre tidernier.

Autrement dit,

IL A OSE CONFIER LA TETE DE MON BEBE D’AMOUR A UNE FILLE QUI EST LE SOSIE OFFICIEL DE JACKOUILLE LA FRIPOUILLE !!!! ET CE, A 10 JOURS DE MON MARIAGE !!!

Une fille qui prétend être relookeuse professionnelle et qui est fière d’afficher sur son site des photos avant/après des personnes qu’elle a défigurées relookées. (Personnes qui se trouvent être, comme de par hasard, des membres de sa famille…)

 
 mere.jpgsa mère

oncle.jpgson oncle

bellesoeur.jpgsa belle-soeur

Et le meilleur pour la fin, sa soeur :

soeur.jpg 

(Je précise que toutes ces photos sont extraites de son site professionnel) (et qu’elle te demande 120 € pour te prodiguer des conseils coiffures, et 299€ pour t’aider à faire le tri de ta garde-robe…)

Allez, une tite blague « ta mère » pour te remettre du choc.   » Ta mère, elle est tellement moche que même le chien qu’elle promène dans la rue dit qu’il ne la connait pas ».

Aussi, je ne peux décemment pas laisser Timalin comme ça, pas avec ce meurtre capillaire. Imagine si je rencontre des élèves en ville… Ou pire, le proviseur. C’est un coup à se choper une inspection, ça.

 Et donc, qui c’est qui va se retaper la honte, subir à nouveau les regards des clientes et passer pour une mère indigne ? Je te le donne en mille…

untitled.bmp

Mais pas question que je l’emmène chez la coiffeuse qui doit me faire le chignon. Non, non, je vais l’emmener aux C.A (Coiffeurs Anonymes).

Et prions pour que ça ait repoussé d’ici une dizaine de jours.

En attendant, je refoule mes envies d’homicide…

 

Varsovie, mon amour

Varsovie, Jour 1

12h30. Dans l’avion, avant le décollage. A ma droite, Chéri et son regard de braise. A ma gauche, un jeune Polonais qui fait le signe de croix. Mm, ça met en confiance…

12h40. -  (moi) : Il décolle à quelle heure déjà ?

          -  (Chéri) : 12h40.

          -   Ah.

13h00. – Ici, le commandant de bord, Christina xxx..

(Chéri) : Tiens, c’est une femme ? On n’est pas prêt d’arriver alors… Hi hi hi !

- Hé dis-donc !

- (Commandant de bord) (Chritina, donc): Nous nous excusons pour le retard et la gêne occasionnée…blabla…panne logiciel.. .blabla…

- (Chéri) : Tiens, qu’est-ce que je disais !

13h01 - (moi) : J’ai faim.

           - (mon ventre) : J’ai faim.

13h30  – Commandant : Décollage imminent, attachez vos ceintures.

13h32. J’ai toujours aussi faim.

13h33 – (Chéri) : T’as déjà fait l’amour dans les toilettes d’un avion ?

13h34. J’ai faim.

13h35. Ca y est, je fais de l’hypoglycémie.

13h50. On nous sert un sandwich rikiki. Merci Air France. Merci de penser à ma robe de mariée.

 

Là où j’ai eu la frayeur de ma vie, ce n’est pas quand la pilote a cru qu’elle était aux commandes d’une bouteille d’Orangina-secoue-secoue-moi, mais dans l’aéroport de Varsovie et que j’ai failli avoir un infarctus en ne voyant pas revenir ma valise sur le tapis roulant. Une dizaine de tenues qui ont failli être égarées. On a frôlé le drame.

15h37. On monte dans un taxi. 2ème frayeur de ma vie, avec un chauffard chauffeur qui roule à 120 km/h en ville, en doublant par la droite car c’est vachement plus drôle quand même. J’ai vu ma vie défiler jusqu’à ce que Chéri me demande si je l’avais déjà fait dans un taxi.  Limite j’ai envie de lui fournir un Curriculum Vitae de tous les lieux de mes exploits sportifs.

16h01. On est arrivés à l’hotel. En vie. La chambre est mignonne, au 17ème étage, avec vue panoramique sur la capitale.

 photo0072.jpg

Chéri se met à l’aise et se pavane les fesses à l’air dans la chambre, avant de se poster devant la fenêtre en criant  qu’il est le roi du mooooonde.  La preuve, en photo :

(Ah non…Attendez…On me dit dans l’oreillette que Chéri n’est pas d’accord. Désolée girls, vous râtez un beau pestacle)

16h02 : Echange salivaire

16h03 : Chatouilles

16h04 : - ce contenu est réservé à un public averti. Certaines scènes risquent de heurter la sensibilité des plus jeunes -

16h06 16h50 : ballade en ville

20h : diner au Hard Rock Café.

photo0073.jpg

Raisonnable, je me contente de commander quelques assortiments de poulet.

combo.bmp

22h00 : Retour à l’hotel. L’ascenseur ne fonctionne pas.

22h03 : Chéri a une idée de génie. Il faut utiliser le badge de la chambre pour faire fonctionner l’ascenseur.

22h03 et 30 sec : Ca marche !!!

22h04 : «  Mamour, tu l’as déjà fait dans un ascenseur ? »

22h06 : extinction des feux.

22h08 : zzzzzzz…

Varsovie, Jour 2.

Au programme aujourd’hui, visite de la vieille ville avec Chéri qui commence le boulot que le lendemain.

photo0084.jpgphoto0081.jpgphoto0082.jpgphoto0076.jpg

On n’aura pas échappé à la traditionnelle question de Chéri:

- M’amour, tu l’as déjà fait sur une petite muraille de Pologne ? »

photo0087.jpg

Varsovie me surprend. Je m’attendais à une ville vieille, sale et ravagée par la guerre. Au contraire, les rues sont nickel, les façades entretenues et il y a ici et là des animations musicales au détour d’une ruelle.

photo0088.jpg

(Oui, rien à voir avec une animation musicale. J’en n’avais pas, par contre, j’avais pris cette affiche en photo dont je n’avais pas d’utilité particulière, autant qu’elle serve…)

Et surtout, j’ai déjà repéré 3 boutiques H&M, 1 boutique New Look (même si la vitrine fait plutôt Moyen Age Look)

photo0095.jpg

Quant à la cuisine, c’est bon, et le cheesecake est une tuerie.

photo0086.jpg

Par contre, n’allez pas demander au serveur de vous apporter de l’eau du robinet, sous peine de le voir se décomposer sous vos yeux.

- (Chéri, mort de rire): Il a peur d’avoir bien compris ce que tu lui as demandé !

- Nan mais attends, je ne lui demande pas de plonger la carafe dans la cuvette des chiottes non plus !

Ben non, une carafe d’eau du robinet, en Pologne, ça se fait pas.

Varsovie, Jour 3.

1er jour sans Chéri, c’est la fête il va me manquer.

- Tu ne vas pas t’ennuyer au moins ? qu’il me demande, tout penaud avant de prendre le chemin du taff.

Moi, m’ennuyer ? Alors qu’à 800 mètres, il y a une galerie commerciale avec 4 étages de boutiques ????! Chéri, rassure-toi, tu peux partir l’esprit tranquille et le coeur léger, notre Mastercard est entre de bonnes mains…

Quand j’arrive dans la galerie, j’irradie de bonheur. J’ai envie de faire une danse tribale pour communiquer la joie et l’ivresse qui me transcendent. Il y a tellement de boutiques que c’en est émouvant, j’ai presque envie de pleurer.

 Bon par où commencer ?

Peut-être par m’acheter un GPS pour me guider dans ce labyrinthe. J’ai trop peur de passer à côté de LA boutique, sans la voir.

Youpiiiii, un H&M !!!

L’euphorie retombe vite. Soit les Polonais ont 30 ans de retard dans la mode, soit ils ont un sens de l’humour compris que d’eux-mêmes…Car c’est juste pas possible…

photo0099.jpgphoto0100.jpg

Et on continue avec l’ensemble coordonnable :

photo0098.jpg   photo0097.jpg

(Purée, on me paierait pour le porter que je ne le porterai même pas !)

Le rayon enfants n’est pas épargné lui non plus :

photo0101.jpg

My oh my, leur couturier sort de 50 ans de prison là ou quoi ?

Le pire, c’est que j’ai quand même réussi à claquer 75 euros là-dedans.

Ouaip. Les boules.

Je sors de cette galerie au bout de 3 heures de marche et de traque non stop. C’est bien la 1ère fois de ma vie que je me chope un point de côté en faisant du shopping.

Le soir, Chéri rentre à l’hotel.

- Ca a été cette journée sans moi ? Ca ira pour les 2 autres à venir ?

Moi, oui, no soucy.

Par contre, mes plantes de pieds et ma carte bleue sont au bord du suicide…

Holidays

Cet été, pas de départ en vacances pour Kinou. Motif invoqué: restrictions budgétaires. Cause : mariage fin août.

Fuck.

Je m’étais psychologiquement préparée pendant des mois à l’idée de rester cantonnée à la maison, refoulé les ptites larmounettes qui se perlaient sous mes paupières tandis que j’entendais mes collègues s’extasier sur la destination de leurs vacances, lutté pour ne pas les supplier de me ranger dans leur valises, et ne pas noyer mon désespoir dans la cuvette des toilettes quand je regardais les prévisions météo sur TF1.

——– Petit message à l’attention de Catherine Laborde  ——

Catherine,

BOUFFE !

Sérieux, j’ai envie de t’offrir un BigMac XXL à chaque fois que tu passes à la télé. Comme dirait un groupe Facebook, « Une femme sans formes, c’est comme un jeans sans poches: on ne sait pas où mettre les mains ».

Amicalement,

Kinou

PS: il arrive parfois où il fait beau aussi en Bretagne

—————————————————————————-

 

Ce fut dur, mais je tins bon.

Le mois de juillet s’écoula, gentiment.

(Nan, ce n’est qu’un ramassis de conneries; juillet, c’est tout pourri : il pleut, les enfants en mode H24/24 me font ressortir le côté Dexter qui dort en moi, et comme dirait Marie de Secret Story: « Ils sont trop méchants » (fin de citation). Moi, j’veux des vacances, des vraies de vraies.)

Je crois que la Voix a entendu mes prières.

Un soir, Chéri rentre du travail et me dit des mots qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire, tels la liste des ingrédients composant le Nutella. Des mots qui me font frémir comme à chaque fois qu’il prononce cette redoutable phrase:

- M’amour, je peux te poser une question ?

Re-fuck. Chuis grillée.

A tous les coups, il a découvert mon rabbit dans ma planque.

12 ans passés à vivre avec un homme, on peut dire que la psychologie masculine, je maîtrise. (Même s’il s’agit plus du même mec).

A moi de le rassurer, de lui dire qu’il n’a pas à se sentir inférieur ou complexé face à un gadget en silicone qui te fait atteindre le nirvana en moins de 5 secondes sans que t’aies besoin de simuler pour flatter son égo. D’autant que Chéri, il a cet avantage non négligeable à savoir qu’il n’a pas besoin de piles, lui.

 Chéri: 1 / Rabbit : -score non communiqué-

Oh et puis non, il n’a pas pû découvrir le rabbit, vu que je le lui ai prêté il y a 15 jours…et qu’il ne me l’a toujours pas rendu d’ailleurs.

Chéri me fait asseoir sur le canapé et prend mes mains dans les siennes.

Ouh làlà, ça a l’air vachement grave quand même….. (oui, normalement, il n’y a pas autant de points de suspension. C’est pour souligner l’intensité de la situation. NDLR)

Si ça se trouve, il a découvert pire que pire. Il a dû tomber sur mon relevé bancaire et voir mon budget mensuel consacré aux fringues.

Bon d’accord, au début, je veux bien admettre que ça fait un choc émotionnel oculaire. Mais une fois la pillule avalée, il va vite comprendre que pour être bien dans sa tête, il faut être bien avec soi. Et que pour cela, il faut se sentir en osmose avec ses habits, en symbiose avec son style vestimentaire. (D’ailleurs, j’en profite pour me faire le porte-parole de vos vêtements : Vos habits sont vos amis, ils ont une âme, respectez-les et par pitié, ne les mettez pas au sèche-linge !)

Mon Dieu, l’heure est grave. Pourvu qu’il ne me demande pas de choisir entre budget fringues et budget mariage !

- M’amour, est-ce que ça te dirait de m’accompagner en Pologne ?

Ah.

Complètement à côté de la plaque. Completely à côté of the plaque.

Pendant que je me demande s’il y aura un H&M en Pologne, Chéri poursuit :

- Mon boss m’y envoie 4 jours pour une mission, mais on pourrait y rester une semaine pour visiter ? Je m’étais dit que ce serait cool de joindre l’utile à l’agréable. En plus, hotel de luxe avec gymnase et sauna à volonté ! Qu’est-ce que t’en dis ?

- Mmm…moui…pourquoi pas ?

- Et on sera dans la capitale. Ca m’étonnerait pas qu’il y ait plein de boutiques de…

- Ok, on part quand déjà ?!

Varsovie, nous voilà !!!!

Parisvenise |
The NewPaf |
L'Ouvre Boîte, troupe de Ca... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dim parle du monde
| blagues1
| isafen-n- tudert