Archive pour mai, 2011

Welcome to Mytholand !

Roublard est un élève de 1ère.

Pas de bol pour lui cette année, son emploi du temps est tellement bien fait qu’il n’a que 3 heures de cours le vendredi, dont 2 d’anglais.

Heeeehaaaa !!!

Pas de bol pour lui, il habite assez loin et s’il veut pouvoir assister à ses heures de cours, il doit prendre le bus aux aurores, et poireauter le soir pendant de looooongues heures que même moi, dans cet intervalle, j’ai eu le temps de rentrer, faire faire leurs devoirs aux pitchounes, les disputer en faisant mes yeux tout ronds pour tenter de les impressionner, vider un paquet XXL de M&M’s, faire une heure d’aérobic pour éliminer ces mêmes fichus M&M’s, me vernir les ongles de pieds, faire à dîner.

Pfiou, rien que de l’écrire, je suis toute fatiguée !

Toujours pas de bol pour Roublard, il a une tronche qui n’est pas sans me rappeler ma Casio de quand j’étais en 4ème et que la prof de maths nous avait ordonné d’acheter une calculatrice scientifique, avec plein, tout plein de boutons. Trop de boutons même.

Roublard, cependant, a plus d’un bouton à sa tronche d’une corde à son arc. Aussi, j’ai dû le voir en tout et pour tout 5 ou 6 fois depuis le début de l’année. C’est pas faute d’avoir signalé ses absences pourtant, mais Roublard a des alibis en béton: dermato (tu m’étonnes !), malade (bon alors là, il a dût nous faire 5 gastros, 3 grippes aviaires, 7 angines, la tuberculose, l’hépatite A, B, C …et peut-être même l’hépatite Z) ainsi qu’une flémingite aigüe.

Bref, tu l’auras compris, le Roublard, le vendredi, il se barre (en plus, ça rime). Après avoir été en physiques, quand même.

Du coup, la semaine dernière, ça lui est un peu revenu aux oreilles que madame Kinou, elle était pas ravie-ravie après lui, que ça commençait à bien faire, hein, et que j’étais grave vénère ! Il décide donc de se pointer l’après-midi pendant ma pause en salle des profs, alors que j’étais en train de raconter une blague salace papoter avec une collègue.

D’une, il m’interrompt.

Deux, c’est ma pause, quoi, sans blague ! Est-ce que je vais le voir pour lui taper la causette moi pendant sa récré ??!

- Bonjour madame. C’était pour vous donner une lettre dans laquelle j’explique mes absences tout au long de l’année.

- Hé ben dis donc Roublard, j’avoue que ça me sidère un ptit peu ! Qui t’a incité à le faire ?

- Personne, c’est de ma propre initiative.

- Très bien, écoute, je vais lire ça de suite alors. Mais tu seras là demain quand même ?

- Je sais pas trop encore, mais vous comprendrez mieux en lisant ma lettre.

Il s’en va, et je déplie le papier qu’il m’a donné.

 mytholand1.gif

Ben voyons…Ca tombe bien, la prof à qui je racontais des blagues cochonnes avec laquelle je discutais est prof de sport de la même classe. Elle me confirme que Roublard n’a jamais été dispensé de sport de l’année.

Alors là, mon sang ne fait qu’un tour. Je suis encore plus vexée que la fois où j’avais commandé un best of Royal Bacon au Macdrive et qu’arrivée à la maison, je me suis rendue compte qu’ils avaient oublié mes frites.

Comme dirait ma fille : « Ca s’fait trop pas ! »

Illico, je vais aux ateliers voir le P.P (prof principal)

- Salut, excuse-moi de te déranger, mais Roublard, il se fout un peu de ma gueule là…Limite j’ai l’impression d’avoir un nez rouge au milieu de la tronche…

Le P.P lit la lettre, et me dit d’aller en parler à l’infirmière, histoire de jouer le jeu à fond. De son côté, il téléphone au père de Roublard, le soir même (un père très autoritaire et qui dit tjrs que les profs sont des glandeurs, des fainéants, toujours en grève ou en arrêt maladie…):

- Allô ?

- Oui, bonsoir, c’est monsieur P.P. Je vous appelle au sujet de votre fils. J’aurais voulu savoir si, par rapport à l’opération que Roublard a subi, il fallait prendre certaines précautions. Vous comprenez, il faut que j’avertisse mes collègues de ce qui lui est arrivé et les prévienne si l’on doit prendre certaines dispositions

- Hein ?

- Ben oui, j’ai été prévenu par sa prof d’anglais qu’il venait d’être opéré à coeur ouvert et…

- C’est quoi ce bordel ??! Il n’a jamais été opéré. Houlà, je vais voir ça avec lui ce soir !!!

Là-dessus, Roublard arrive le lendemain en cours, tout péteux, et me présente ses excuses.

- Ok Roublard. N’empêche que tes mensonges m’écoeurent. Tu sais, j’ai vraiment pris cette histoire très à coeur.

Il reste 2 semaines de cours avec Roublard, je sens que je vais m’en donner à coeur joie de le chambrer…

(mais il n’est pas le seul à se faire taquiner, j’ai retrouvé un nez de clown dans mon casier…J’ai tellement ri que j’en ai attrapé un haut-le-coeur…)

 

Super…

Hier, comme d’habitude, je consulte les stats d’affluence de mon blog, ainsi que les référants (comment les gens ont découvert le site, quels mots ils ont tapés dans les moteurs de recherche, etc…)

Résultat: (clique sur l’image)

 blog.png

 VDM

Coach en tout genre…

Chéri et moi allons nous marier en août. (D’ailleurs, ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait une vague de suicides ce jour-là)

Du coup, à la demande du prêtre qui va nous unir, on s’est fait coacher par un couple qui a 38 ans de mariage derrière lui et dont le but était de nous montrer que se marier, c’est vachement cool, mais punaise, c’est pas rose tous les jours.

Au début, Chéri et moi, on était hyper enthousiastes de pouvoir échanger avec un couple de survivants vétérans du mariage, espérant qu’ils allaient nous transmettre leur recette miracle de longévité. Et surtout, qu’on serait leurs tits chouchous face aux autres couples qu’ils sont chargés de coacher également.

1ère entrevue, chez eux, au bout de 5 minutes:

Madame Coach: – Ah mais vous savez, nous, on n’a jamais demandé à avoir autant de couples à coacher, hein. C’est le prêtre qui nous les a tous collés, alors que pourtant, il y avait un autre couple pour vous coacher habitant dans la même rue que la vôtre ! Ca fait 4  soirs de suite qu’on reçoit des futurs mariés, on n’en peut plus !

Monsieur Coach: Bon, allez, dites-moi ce que sont les 4 piliers du mariage ?

Nous: Euh…. Fidélité…Amour…Sincérité….et Repassage Popotte Sexualité ?

Monsieur Coach: Fidélité, oui. Fécondité aussi.

( Chéri, chuchotant): Oui, ben pour féconder, faut bien s’entrainer avant….

Monsieur Coach: Il y a aussi la Liberté et…

Moi: L’égalité ?

 Monsieur Coach, roulant des yeux sous sa calvitie: Noooon. Le dernier pilier, c’est l’indussolibilité. Bon maintenant, faut pas vous voiler la face, hein, mais le mariage, ce n’est pas aussi génial que ça puisse paraître. Là, vous êtes encore dans la phase fusionnelle qui dure 3 ans. Mais après ? hein ? Ah eh puis, méfiez-vous: un couple qui ne se dispute jamais, c’est pas bon, car ça veut dire qu’il y en a toujours un qui s’écrase, et le même qui fait des concessions. Bon, et sinon, on va faire une photo de vous, car on collectionne les photos de tous les couples que nous accompagnons, et ensuite, vous me direz le métier que vous faites, car si je vous croise dans la rue dans un an, je ne me rappellerai pas de votre prénom. Par contre, je me souviendrai de votre métier. Je me rappelle toujours des gens grâce à la fonction professionnelle qu’ils occupent.

- Ben moi, je suis informaticien.

- Et moi, je suis prof.

Monsieur coach: – Dans ma vie, j’ai beaucoup côtoyé des gens haut placés: des juges d’instruction, des présidents d’université…

(En gros, à ses yeux, on était des cassos.)

Chose qui s’est confirmée lors du second entretien, un mois plus tard:

- Bon alors, toi, tu es électricien, si je me rappelle bien ?

- Non, je suis informaticien.

- Ouais, bon, c’est pareil. Et toi, tu fais quoi déjà ?

- Je suis prof.

- Prof où ça ? Dans un lycée privé du centre-ville ? Prof d’université ?

- Non. En lycée pro.

- Ah. Bon. Bref. Aujourd’hui, on va aborder le thème de la fidélité. Il y a longtemps, j’ai connu un PDG qui était directeur d’une grande radio nationale. Europe1. Il avait réussi sa carrière, avait eu un beau mariage, de beaux enfants qui ont bien réussi socialement. Tout était parfait, mais il était très pris par son travail. Un jour, alors qu’il se promenait avec sa femme dans un parc, celle-ci lui avoue qu’elle le trompe depuis plusieurs mois, mais qu’elle a rompu avec son amant. Et vous savez quelle réaction le PDG d’Europe 1 a eue ?

 Moi – Heu…Il l’a lapidée ? Pire encore, il lui a découpé sa carte bleue ?

- En fait, il s’est mis à genoux et lui a demandé pardon.

Nous: – HEIN ???

- Ben oui, le fautif, ce n’est pas seulement celui qui commet l’adultère. C’est aussi celui qui a poussé son conjoint(e) à le faire, en le/la négligeant, par exemple. Et depuis, je peux vous dire qu’ils sont toujours ensemble. Le pardon a une place importante au sein du couple.

Ben moi, mon Chéri, je veux bien lui pardonner de ne pas aimer James Blunt, de me réveiller à 6h30 même en week-end parce que son horloge biologique est réglée sur ce ( putain de ) 6h30 7j/7, de m’embrasser alors qu’il vient de boire du Coca et que j’aime pas cette boisson. Par contre, si  Chéri a le gêne DSK en lui et qu’il tente ne serait-ce que de poser ses mains sur une paire de fesses qui ne figurent pas sur MON anatomie, c’est à grands coups de Kalachnikov sur une partie de SON anatomie que je vais lui pardonner…

Mais, Madame Coach me tire de mes pensées :

- Ben dites donc, heureusement que vous vous mariez dans le coin, car si ça avait été trop loin, nous ne pourrions pas venir à votre cérémonie.

Chéri et moi nous échangeons un regard entendu, accompagné d’un dialogue télépathique entre nous :

- T’as vu l’autre comment elle se tape en l’incruste à notre mariage !

- Oui ! Mais même pas en rêve !

- Je t’aime chéri.

- Moi aussi mon coeur. J’ai hâte que cette soirée se termine et qu’on rentre à la maison. En plus, ton jean, il te fait un cul de ouf !

- Arrêteuh, que je lui réponds en roucoulant silencieusement. (En même temps, c’est vrai qu’il me fait un cul de ouf, ce jean ! )

Bon, la suite, c’est censuré car c’est pas un blog de charme non plus, hein.

De toute façon, nos 2 coaches interrompent notre coït télépathique :

- Monsieur coach: Bon,ben, on va s’faire un p’tit Notre Père, hein, avant de s’en aller. Notre Père, qui êtes aux Cieux…

Et là, j’ai halluciné, mais Monsieur Coach, j’ai bien vu qu’il ouvrait les yeux de temps en temps et nous observait à la dérobée pour voir si on connaissait par coeur notre prière.

Puis, un autre moment de prière finale, improvisée par Madame Coach:

- Seigneur, nous te prions d’accompagner Gwendal et..

- Non, c’est Gwenaël moi.

- Ah pardon. Seigneur, nous te prions d’accompagner Gwenaël et Nadège…

- Non, moi c’est Kinou.

- Oups, désolée, Gwenaël et Kinou…euh…que tu les prennes sous ton aile….et…euh…que tu les guides….dans leur parcours marital…

- Monsieur Coach (impatient et agacé): Amen.

 Amen.

Ah merde, oui plutôt…

Amour, gloire et mocheté

 Dans la vie, quand t’es prof, t’es prof, mais pas que.

  T’es aussi experte en relations conjugales, comme une fois où j’enseignais dans un établissement dit « adapté » et  qu’à peine venais-je d’arriver au bahut pour me diriger en salle des profs et faire des photocopies avant que ne retentisse la cloche, que je me fais héler par une de mes élèves :

 

    Hé M’dame ! (je me retourne, c’est MissGlue qui accoure vers moi) Vous savez quoi ? Hé ben Tanguy, il vient de me plaquer !

    (moi, fan de Closer Magazine): Oh bah mince alors ! Tu parles d’une nouvelle !

    (elle, contente d’avoir trouvé une âme compatissante): Siii! Même qu’il m’a larguée par MSN !

    (moi, qui adore ce genre de détails): Comment ça se fait trop pas ! Je vais lui en toucher deux mots tout à l’heure.

    (elle, espérant que je foute 5 heures de colle à Tanguy pour le préjudice subi): En plus, ça allait faire 4 mois demain…

    (moi, gentille, mais y’a pas écrit “La Poste” non plus): Ah bah ça alors ! Qui l’eût crû…(ils ont autant de compatibilité amoureuse qu’un cobaye avec un pitbull !)

    (elle, optimiste): Ah, mais vous en faites pas, M’dame, vous savez ce qu’on dit: 1 de perdu, 10 de retrouvés !

  (moi, mentalement): L’espoir fait vivre….

 

 

Quand t’es prof, t’es également leur confidente, comme cet après-midi en cours avec ma classe de 4èmes dérangés:

 

    Hé M’sieur…euh, j’veux dire M’dame. Vous savez depuis quand que j’l'ai ma trousse ? Depuis la 6ème !

    Hé bien Tanguy, je constate que tu conserves plus longtemps tes trousses que tes petites copines…

 

Bah oui, quand t’es prof, t’as aussi l’âme d’une jokeuse… (avec des blagues comprises que de toi-même)

 

Remarque, quand t’es prof, tu peux être drôle, sauf que c’était pas intentionnel.

- Whose gloves are these ?

- Hein ? Qu’est-ce que c’est que vous avez dit, M’dame ?

 

 Et là, ta langue fourche malgré toi, faisant un malheureux mixte français-anglais entre le mot « gloves » et sa traduction en français « gants », ce qui donne:

- Ca veut dire : » A qui sont ces glands ? »

Quand t’es prof, tu vis souvent de grands moments de solitude…

 

 

 

Parisvenise |
The NewPaf |
L'Ouvre Boîte, troupe de Ca... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dim parle du monde
| blagues1
| isafen-n- tudert